L’excuse un peu facile du cordonnier mal chaussé

L’excuse un peu facile du cordonnier mal chaussé

L’excuse un peu facile du cordonnier mal chaussé.

 

Je recevais ce matin une jeune candidate au poste junior de web marketer.e que nous ouvrons depuis peu : elle avait mentionné dans son CV une expérience de community manager qu’il n’a pas été difficile de vérifier : les pages facebook et LinkedIn qu’elle avait animées chez son précédent employeur sont parfaitement accessibles et permettent de “juger sur pied” de sa maîtrise naissante du sujet.

 

S’il en est ainsi de toute embauche de profils techniques du web, il en va de même pour les nombreux prestataires du web : agences de communication, webmaster, web designers, graphistes, mais aussi agences 360 et de conseil en stratégie digitale ou de web marketing etc…tous présentent, pour preuve de leur compétence, leurs réalisations clients. Chacun y va de son book et de ses références notoires, logos prestigieux et recommandations sur LinkedIn (en bas de profil). Une page de témoignages clients est souvent même consultable sur le site web du prestataire.

 

 

 

Les témoignages clients ne suffisent pas.

Mais le prestataire lui-même (pour sa communication, son site, son référencement ou sa spécialité), comment soigne-t-il sa propre communication digitale quand il se dit compétent en stratégie digitale ? Comment soigne-t-il sa propre charte graphique quand il est graphiste ? Et son site, s’il est webmaster, comment transforme-t-il ?  Bref, comment est-il chaussé, lui, comme cordonnier ?

 

Il n’est pas rare que lorsqu’on lui pose la question, il vous réponde d’un air dépité de chien (a)battu : “Oh tu sais….c’est comme le cordonnier mal chaussé….” sous-entendu : on s’occupe mieux de nos clients que de nous-mêmes. Cette réponse me met systématiquement la puce à l’oreille. Voici pourquoi :

 

 

 

Comment se chausse votre prétendu cordonnier ?

Du coup, je me suis posée la question de savoir d’où venait l’expression : “comme un cordonnier mal chaussé”. Il semblerait qu’elle vienne des Essais de Montaigne consacrés au “pédantisme” (tiens, tiens..).

 

“Tout ainsi que les oyseaux vont quelquefois à la queste du grein, et le portent au bec sans le taster, pour en faire bechée à leurs petits, ainsi nos pedantes vont pillotant la science dans les livres, et ne la logent qu’au bout de leurs lévres, pour la dégorger seulement et mettre au vent.”

 

 

C’était il y a près plus de 400 ans, et nous y sommes toujours :

Montaigne fustige ceux qui parlent et ne font pas, et dresse comme exemples ceux qui oeuvrent au lieu de ceux qui théorisent. Son modèle, à lui, c’est le paysan ou le cordonnier :

 

Car le paisant et le cordonnier, vous leur voiez aller simplement et naïfvement leur train”.

 

Montaigne n’était pas un tendre à l’égard de ses co-disciples philosophes. Soit dit-en passant – et cela sera sans doute la plupart des critiques que j’essuierai après ce post – peut-être manquait-il d’un peu d’auto-dérision ?!

 

 

Nous aurions beau jeu, nous autres, consultants et prestataires, de ne pas nous appliquer à nous-mêmes les recettes que nous prodiguons à nos clients.

Il faut quand même avouer qu’être bien chaussé, quand on est cordonnier, c’est contraignant et pas très rentable : mais comment être crédible sans cela ?

 

 

Chez OPEN BIZ, nous avons formé de nombreuses agences de communication, community managers, webmasters, web designers ou graphistes déterminés à mieux utiliser professionnellement les réseaux sociaux, l’e-Mailing ou le réseautage pour leurs clients.

Souvent, par réflexe, ces mêmes prestataires s’érigent en conseilleurs (qui ne sont pas les payeurs comment chacun sait).

 

 

Avant chaque module de formation linkedin ou de formation facebook chez nous, nous passons une heure de préparation avec chaque stagiaire pour faire la revue de ses profils et pages sur les réseaux sociaux.

Souvent, c’est l’instant critique : il y a les community manager (de métier) qui arborent une page à 200 fans sur facebook, et les prestataires e-Mailings qui n’envoient pas le moindre e-Mailing à leurs propres bases de données !

 

 

Comment être crédible professionnellement quand on est si mal chaussé ?

Vous imaginez un psy non supervisé qui couverait une dépression nerveuse tout en accompagnant ses patients ? Non, certainement pas. Eh bien parmi les agences du web ou de la communication, nombreuses sont les entreprises qui ne prennent pas le temps de se chausser proprement. Dommage…

 

Chaque jour, chez nous, on fait le check : combien de prospects dans la boite mail ? Combien d’engagement sur Facebook ou sur linkedIn ? Quels retours sur les emailings de la veille ? Quel Chiffre d’Affaires généré par rapport au temps passé ? Sur Facebook, sur Linkedin, par emailing ou dans notre réseautage, je sais que mon job, c’est de proposer des formations pratico-pratiques que je m’applique à moi-même d’abord.

 

Je teste ce qui marche et ce qui ne marche pas, je mesure le nombre de prospects dans la boite e-mail, je m’attelle à des nouvelles expériences (instagram en B2B par exemple) etc… En tout, ce job de chausser mes propres semelles me prend au bas mot ½ journée par semaine (à moi-même) et une autre ½ journée à mes prestataires et collaborateurs. Autant que ça soit rentable, tout ce temps passé.

 

Ou sinon ce sera  ☞ remise en question !

   

Ainsi, il me semble peu crédible de vendre des actions de communication digitale sans soigner ses propres profils sur les réseaux sociaux. Il en va de même pour les coachs qui bondissent à la moindre critique, ou pour les graphistes qui  arborent une carte de visite “ancienne” voire raturée parce-qu’ils n’ont pas eu le temps de l’imprimer. Idem pour tous les jobs : faire l’expérience de ce que l’on conseille, ou de ce sur quoi on forme, ça devrait être un minimum pour chaque prestataire.

 

Alors, à vos talents : soignez vos godasses !

 

J’attends vos commentaires, mais soyez soft et constructifs svp…

 

 

 

Les clés du succès

www.open-biz.fr propose des formations à l’utilisation professionnelle des réseaux sociaux, de l’e-Mailing et du réseautage pour trouver de nouveaux clients.

 

La Méthode OPEN BIZ © est la méthode de prospection commerciale B2B connectée destinée aux PME qui associe virtuel & réel : elle permet de former en mini-groupe ou en individuel vos commerciaux et assistant(e)s commerciales ainsi que les entrepreneur(e)s afin qu’il(elles) deviennent autonomes pour être visibles et trouver des clients sur LinkedIn, Facebook, Twitter, Instagram et sur les réseaux physiques.

 

Participez à nos ateliers offerts de prospection commerciale connectée à Aix-en-Provence, Marseille et en webinar ☞  www.open-biz.fr

Laisser un commentaire

thời trang trẻ emWordpress Themes Total Freetư vấn xây nhàthời trang trẻ emshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữHouse Design Blog - Interior Design and Architecture Inspiration